top of page

Les haies et le bocage

La haie est constituée d’un alignement d’arbustes et/ou d’arbres. Sa composition et son âge sont très variable. Ils déterminent ses fonctionnalités écologiques, hydrauliques et chimiques.

Les réseaux de haies structurent le bocage brayon, forgent l’identité paysagère du Bray.

haie 1.png
ruissellement 1.jpg
lucane 1.png

Les haies : supports de la biodiversité

S’agissant de leurs fonctionnalités écologiques, les haies sont des habitats de reproduction, mais aussi des sites de repos pour de nombreuses espèces animales protégées (oiseaux, amphibiens, reptiles…). Elles jouent un important rôle de corridor écologique.

Réglementairement, elles sont protégées aussi longtemps qu’elles sont utilisées ou utilisables par les espèces protégées dans leurs aires de présence et de déplacement. En théorie, il ne serait donc pas nécessaire d’apporter la preuve qu’elles sont utilisées… Malheureusement, la préservation de la paix sociale l’emporte sur l’application des textes. Résultats : 180 000 km de haies ont disparu dans la Manche, le Calvados et l’Orne en trente ans ! Aujourd’hui, ne subsistent plus que 170 000 km pour toute la Normandie…

 

 

Les haies : un atout pour l’agroécologie !

Les haies jouent également des rôles d’infiltration des eaux, de limitation et d’épuration des eaux de ruissellement. Une haie ancienne peut permettre une vitesse d’infiltration de 1 m/heure contre 10 cm/heure pour une zone enherbée et entre 3 cm et 6 cm pour une parcelle cultivée formée de limons fraichement travaillés. Bien orientées, elles protègent les sols de l’érosion aérienne.

Les haies forment une protection pour les animaux (pluie, vent, soleil).

 

 

 

 

 

Les haies : on peut les protéger !

Des dispositifs juridiques et/ou administratifs destinés à les protéger (intégration dans les documents d’urbanisme : PLU, carte communale…) ou à compenser l’arrachage par un ratio supérieur à 1, des aides PAC conditionnées par des pratiques plus respectueuses, des replantations en lien avec la valorisation du bois de chauffage, la lutte anti-érosion et le renforcement de la biodiversité etc. visent à stopper leur disparition. Ces mesures seront-elles suffisantes ?

Lucane

bottom of page